Les Techniques de Rééducation

La kinésiologie, comme toute technique récente, est en perpétuelle évolution. Depuis une trentaine d’années, les recherches ont pris différentes directions et autant de techniques de rééducation ont vu le jour.

Santé par le Toucher

Santé par le ToucherDans les années 60, le Dr GOODHEART démontre l’interaction entre les muscles, les méridiens d’acupuncture et les organes. Il met aussi en évidence la relation entre le stress et la chute du tonus musculaire.

Ces travaux, approfondis par le Dr John THIE, sont publiés dans les années 70 dans son ouvrage « Touch for Health » (Santé par le Toucher).

Les aspects structurel, psycho-émotionnel, biochimique et énergétique d’une personne sont donc liés. Un trouble dans l’un de ces systèmes peut se répercuter dans l’ensemble des autres systèmes.
En testant certains muscles, on peut établir un bilan énergétique de la personne. On peut ainsi mettre en place les équilibrations nécessaires, issues de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Elles se répercuteront donc sur l’ensemble des systèmes.

La Santé par le Toucher est l’âme de la kinésiologie.

 

La Kinésiologie Éducative

Parallèlement aux travaux de John THIE, le Dr Paul DENNISON travaille sur l’apprentissage. Il découvre que certains mouvements, en favorisant la communication entre les hémisphères cérébraux, facilitent l’apprentissage (c’est le Braingym). Cette rééducation montre une grande efficacité non seulement chez les enfants (l’apprentissage de la lecture et de l’écriture) mais aussi chez les adultes (concentration, communication et organisation).

 

Les Réflexes Archaïques

Le nouveau-né, avant de se mouvoir volontairement, est mû par des Réflexes dits Archaïques. La sollicitation d’une zone induit un mouvement réflexe. Afin d’apprivoiser ses gestes et ses mouvements, il devra mobiliser toute son attention et mettre en place des connections neuro-musculaires intenses.

Si un Réflexe Archaïque n’est pas bien intégré ou s’il est ravivé par un choc – physique ou émotionnel – il peut être à l’origine de troubles posturaux mais aussi de troubles de l’apprentissage, de la concentration et de bien d’autres blocages. Les ré-éduquer par des techniques simples et non-douloureuses lèvent ces blocages.

 

Intégration Corps/Mental

Dans les années 80, on commence à utiliser le test musculaire pour interroger le corps de la personne. Le but étant de l’aider à retrouver son potentiel maximum.

Daniel WHITESIDE et Gordon STROKES trouvent alors des solutions pour défuser les stress émotionnels passés qui sont à la base de réaction parfois inadéquates dans le présent. C’est le « Trois Concepts en Un » de l’école californienne.

En effet, une situation traumatisante peut induire une réaction de défense « enregistrée » par le cerveau. Si la personne se trouve confrontée à une émotion ou une situation – même partiellement – semblable plus tard, elle pourra se trouver en situation de réagir selon sa « programmation », même si elle ne le souhaite pas. La rééducation de ces blocages, en en décelant précisément les origines, servira la personne pour agir selon son choix.

 

Morpho-Kinésiologie

La Psycho-Morphologie adaptée à la kinésiologie met en relation, quand le test musculaire l’indique, des relations entre les traits physique et les traits de caractère d’une personne. Elle nous aide à comprendre pourquoi une personne agit d’une certaine manière. La Morpho-kinésiologie a pour but de dépasser le(s) trait(s) incriminé(s) afin d’agir en toute conscience.

 

Pratique Kinésiologique Professionnelle

Bruce DEWE et sa femme Joan rassemblent ensuite les divers aspect de la kinésiologie et les classent par modes digitaux.
Des centaines de protocoles de rééducation peuvent ainsi être mis en place très rapidement grâce au test musculaire.

 

Aura-Kinésiologie

Le test musculaire nous permet d’intervenir de manière précise sur le Champ d’Énergie Humaine, ou Aura, qui entoure notre corps. Une perturbation de l’Aura peut être source de bien des maux. Des techniques précises, répétées et éprouvées par des dizaines de praticiens, permettent de les rééquilibrer. Il y a des répercussions notamment sur les plans physiques et psycho-émotionnel.

Précision : « croire » à l’Aura ou ne « pas y croire » relèvent tous deux d’un système de croyances. Le doute en ce qui concerne quelque chose qu’on ne peut expliquer est normal et relève de l’esprit scientifique, tout comme l’ouverture d’esprit et la curiosité – qui malheureusement font trop souvent défaut.
Cependant, cette méthode empirique a fait ses preuves et choisir de ne « pas y croire » revient, selon moi, à s’amputer d’une partie importante de soi-même.